L'agriculture raisonnée

L’agriculture raisonnée est une pratique agricole qui se base avant tout sur les mécanismes naturels et qui vise à optimiser le résultat économique tout en limitant les impacts sur l’environnement, sur la santé humaine et sur le bien-être animal. En d’autres mots, c’est la recherche d’un équilibre entre des objectifs de production et un souci d’accomplir un procédé qui altère minimalement la nature.

En pratique, ceci s’illustre par une utilisation restreinte et ciblée des interventions en champs. Ainsi, l’agriculteur raisonné effectuera seulement les interventions nécessaires et indispensables, par exemple lorsque la récolte entière est en péril, tout en utilisant les produits qui se veulent les moins néfastes pour l’écosystème. Une autre alternative écologique pour limiter l’ajout d’engrais ou de pesticides est d’intervenir mécaniquement et manuellement. Il se peut donc qu’aucune intervention ne soit effectuée dans un champ lors d’une année.

Ce concept agricole, pensé et initié en France, est encore peu connu du public québécois, bien que de plus en plus d’agriculteurs locaux en fassent usage.  

Agriculture conventionnelle
Utilisation de produits chimiques pour la prévention, la résolution de problèmes et l’optimisation de la productivité des récoltes.
Agriculture biologique
Utilisation de biopesticides et d’engrais naturels pour la prévention, la résolution de problèmes et l’optimisation de la productivité des récoltes.
Agriculture raisonnée
Utilisation restreinte et ciblée de biopesticides et d’engrais naturels ou de produits chimiques pour la résolution de problèmes majeurs seulement.

Concrètement, CECI SE TRADUIT PAR EXEMPLE PAR...

Enlever manuellement les insectes ravageurs (ici la livrée des forêts) au lieu d'utiliser des biopesticides ou des pesticides chimiques pour sauver la récolte.

La livrée des forêts nuit indirectement à la production de fruits en se nourrissant des feuilles des plants de framboises. La surface foliaire étant ainsi diminuée, le plant n'est plus en mesure de faire autant de photosynthèse, processus biochimique par lequel il produit son énergie. Ainsi, moins de ressources sont disponibles pour la fructification, ce qui entraîne des pertes en champs. 

 

Selon l'agronome, un traitement biologique était disponible pour réduire le nombre d'insectes. Or, un traitement, qu'il soit biologique ou non, altère tout de même l'écosystème en place, et ce davantage que l'intervention manuelle.

Pour nous joindre

1935 chemin Oka

Oka QC J0N 1E0

450-415-1115

info@lamarmiteduterroir.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 par la Marmite du Terroir. Tout droit réservé.